Services

Interclean Amsterdam

Les robots font leur show sur le salon de la propreté

Rédigé en partenariat avec le magazine Services | 30 mai 2018 |

© Services
Le salon Interclean Amsterdam s'est tenu du 15 au 18 mai derniers. Pour cette 27e édition, l’incontournable point d’intérêt fut sans conteste les robots.

Du 15 au 18 mai, les allées du RAI Amsterdam ont accueilli 33 700 visiteurs en provenance de 143 pays, (+ 11 % par rapport à 2016) venus rencontrer 892 exposants représentant 47 pays. Ce sont avant tout les innovations en matière d'équipements et de produits qui ont drainé autant de visiteurs. Et elles étaient nombreuses. Ainsi, les autolaveuses robotisées ont fait leur show. De nombreux fabricants lançaient en effet leur robot tandis que d'autres en présentaient la 2e génération. Les visiteurs pouvaient même les observer au sein d’un même espace : la Robot Arena. C’est d’ailleurs une autolaveuse robotisée qui a remporté le prix de l’innovation toutes catégories confondues : la Kira B50 de Kärcher. L’un de ces points forts est de retourner seule à sa station d’accueil dès que nécessaire pour effectuer ses opérations de vidange, rinçage, remplissage et recharge des batteries aux ions lithium.

 

La Kira B50 de Kärcher, qui a reçu le prix de l'innovation toutes catégories confondues.

 

Nettoyage autonome

Les seules opérations que l’utilisateur doit prendre en charge sont l’ajout de détergent et la vérification du bon fonctionnement général. Le fabricant connaît en temps réel toutes les données liées au robot qui est connecté au Kärcher Fleet System (localisation, état des principaux composants) et peut prévenir le client voire intervenir si nécessaire. « Alors que pour les robots de nos concurrents une journée est nécessaire pour le paramétrage, la Kira B50 enregistre la cartographie d’une surface de 900 m² en 20 minutes environ, explique Vincent Battista, chef de produits sols Kärcher France. On lui fait faire un passage manuel qu’elle enregistre et automatise. » Des zones spécifiques peuvent être programmées pour adapter la vitesse des brosses et la quantité de détergent au degré de salissure. À l’aide du programme « FCPP » (Floor coverage path planning), le robot calcule automatiquement l’itinéraire le plus pertinent. Il peut intervenir en journée, en présence d’un agent. Il est capable de traiter aussi bien des grandes surfaces que celles de moins de 1 000 m². Il sera commercialisé à compter du 2e trimestre 2019 et une version en 80 litres sera également développée.

 

Du robot se rechargeant seul à l’autolaveuse apprenante

Parmi les autres robots repérés sur le salon, de Adlatus présentait la Service station for cleaning robots (nominée aux Innovation awards). Le concept : le machine se rend elle-même à la borne pour recharger sa batterie et remplir ses réservoirs d'eau. Elle est donc capable de fonctionner en autonomie durant de plus longues périodes.

L’Allemand Wetrok exposait quant à lui son premier projet dans le domaine du nettoyage automatique, baptisé Automatic Marvin : une petite autolaveuse conçue pour les petits espaces dont le fonctionnement est basé sur le principe de l’apprentissage et de la répétition. Grâce à sa fonction unique Teach’nRepeat, aucune compétence en programmation n’est requise : lorsque l'agent passe Marvin sur une surface, ce dernier enregistre aussitôt la procédure de nettoyage.

Avidbots, société canadienne, exposait le robot Neo, à la conquête du marché européen. Cette autolaveuse autonome a fait ses premiers pas en France récemment. Commercialisé dans l’Hexagone par Facilibot, Neo est notamment présent dans certains aéroports et des entreprises de propreté le testent. Le robot intègre une technologie embarquée de capteurs, de lasers, de caméras 3D, de WiFi et de GPS. Pour un maximum de sécurité, il est pourvu de dispositifs anti-collision, de protection renforcée par des pare-chocs, d'un bouton d’arrêt d’urgence et d'un éclairage de sécurité. Un portail web permet une visualisation en temps réel et une visibilité de l’historique des opérations de nettoyage.

Enfin, pour ne citer qu’eux, Diversey présentait une version plus performante du robot Swingobot lancé il y a 4 ans le Swingobot 2000. Après l’avoir développée dans les pays tests, le lancement est en cours sur l’ensemble de l’Europe. En France, 50 ont été vendus aux entreprises de propreté et 50 aux clients finaux, avec des références en santé (CHU d’Orléans et de Poitiers), dans le transport (gare La Défense) et l’industrie.

 

Pour les surfaces vitrées aussi

Le nettoyage des sols n’est pas le seul concerné par la robotisation des prestations. Erylon, une jeune entreprise française installée à Aix-en-Provence, a développé un robot pour l’entretien des immeubles de bureau vitrés, baptisé Clean-Kong, qu’elle est venue présenter à Amsterdam. Une machine installée sur le toit guide le robot dans le vide. En plus d’éviter les risques liés aux travaux sur cordes, cette solution est six à huit fois plus rapide. Avec un rendement de 360 m²/h, elle n’utilise que 3 litres d’eau pure osmosée pour une surface de 100 m². « Une tour est réalisée en deux semaines au lieu de deux mois. Avec cette solution qui évite aussi la location coûteuse d’une nacelle, le responsable d’exploitation pourra entretenir plus régulièrement son immeuble. La mise en œuvre nécessite l’intervention de deux personnes, se félicite Éric Puydebois, cofondateur d’Erylon, avec l’inventeur Emmanuel Robert. Un brevet à l’international a été déposé mi-mai pour protéger cette innovation. »

En test auprès de 4 clients cette année, la machine sera commercialisée au 2e semestre 2019. À partir de mi-2019, une offre de leasing devrait être mise en place. Le fabricant assure la formation, la mise en route et la maintenance technique. Prochaine édition en 2020 : du 12 au 15 mai. Mais une chose est sûre, les robots n’attendront pas jusque-là pour refaire parler d’eux dans l’univers de la propreté.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Inscription

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • Mobilité en entreprise
    1 septembre 2017
    En avril dernier, lors d’un club Développement durable, l’Arseg posait la question des enjeux et impacts des nouveaux modes de travail sur la mobilité durable. En effet, les modes de travail se transforment portés par des technologies de l’information ...
  • 6 février 2017
    En 6 ans, le nombre de tiers-lieux en France a été multiplié par 3 ! Preuve que la demande est forte et que les nouvelles organisations de travail se déploient. Désormais, les indépendants en recherche d’un environnement de travail agréable et les start-up en quête ...
  • 1 avril 2016
    Conscientes de l’impact que le projet d’aménagement peut avoir sur leur fonctionnement et leur performance, les entreprises le conçoivent désormais comme un véritable projet d’entreprise. Cela sous-entend qu’elles vont asseoir autour de la table ...
  • 1 mars 2016
    Le facility management est un secteur d’avenir porteur de centaines de milliers d’emplois en France. L’état des lieux chiffré du secteur du FM révèle qu’aujourd’hui, le marché global des activités de services aux entreprises représente, côté ...
  • 1 janvier 2016

Services et Produits