Stéphane Durieu
RIE 2.0 Un espace où l’on peut à la fois se restaurer, collaborer mais aussi se détendre : c’est le choix qu’a fait la célèbre enseigne d’e-commerce, La Redoute, pour le nouveau restaurant inter-entreprise de son siège situé à Roubaix. Entièrement revu et corrigé, l’espace devient un véritable lieu de vie, intégrant de la restauration.

Chez La Redoute, un restaurant qui répond aux nouveaux usages

Des recettes à consommer sur le pouce

Revoir l’espace et la carte, tel était l’enjeu de ce projet de transformation du restaurant inter-entreprise de La Redoute. Après plusieurs travaux, le RIE est désormais un lieu à part entière du siège, où les collaborateurs peuvent évidemment se restaurer, mais aussi travailler, échanger de manière informelle et se détendre. Un espace qui peut évoluer au fil de la journée et des missions et qui mêle à la fois convivialité et partage. Aux manettes de cette transformation, on retrouve l’agence d’architecture et d’ingénierie en restauration Bleu Vert Concepts ainsi qu’Elior pour l’offre de restauration.

« La transformation du restaurant de La Redoute s’inscrit dans un projet global de rénovation du siège, pour offrir aux collaborateurs des espaces de travail plus en adéquation avec les usages d’aujourd’hui, plus agréables et accueillants », explique Franck Kelle, responsable services généraux chez La Redoute. La particularité de ce RIE ? L’offre de restauration ne pouvant pas être réalisée sur place, il a donc fallu imaginer un lieu pouvant répondre à cette contrainte. « Dans ce cadre, nous avons lancé un appel d’offres auprès des sociétés de restauration, à la manière d’un concours d’idées, pour nous aider à réfléchir aux usages et fonctionnalités possibles dans cet espace, qui est à un emplacement ‘stratégique’, puisqu’il est au rez-de-chaussée et accessible par tous », précise Franck Kelle.

C’est l’entreprise Elior qui a remporté l’appel d’offres en proposant son nouveau concept intitulé Chez Pouce. « C’est un concept de restauration nouvelle génération : une cuisine française généreuse aux accents régressifs. Ce sont des recettes principales à consommer sur le pouce chaque jour, des ingrédients de qualité (origine France, label qualité AOP AOC BBC, label rouge, bio, etc.) et des offres optionnelles adaptées aux besoins de nos clients », détaille Fabien Deletrez, responsable développement chez Elior. N’ayant pas de cuisine sur place, les équipes d’Elior ont dû s’adapter afin de pouvoir proposer aux collaborateurs La Redoute une offre faite maison et fraîche tous les jours. Ainsi, le RIE est fourni au quotidien via un service de livraison depuis l’un des restaurants Elior à proximité du siège.

Au-delà de l’offre de déjeuner, les collaborateurs peuvent aussi se restaurer au fil de la journée. « L’espace est occupé du matin à la fin d’après-midi, car l’offre Chez Pouce permet de couvrir tous les moments de la journée du petit déjeuner au goûter, et la salle est conçue pour tous les usages (travail, pause, restauration) », explique Franck Kelle. Même son de cloche pour Fabien Deletrez qui qualifie le RIE de « ‘café coworking’ qui vit toute la journée, avec une personne présente sur une large amplitude horaire » sans oublier des machines à café mises à disposition pour les collaborateurs.

HD_LaRedoute_015.jpg
Stéphane Durieu

HD_LaRedoute_019.jpg
Stéphane Durieu

Un lieu de vie avec du mobilier maison

Côté design, là aussi, il y a eu du changement. Exit les chaises bleues et les tables uniformes, l’avant-après est détonnant. Les salariés La Redoute sont passés d’« un restaurant en self-service classique et linéaire dont les collaborateurs se lassaient, et une salle très connotée ‘collectivité’ » à un espace intégrant désormais un mobilier moderne et flexible.

 « Le mobilier est éclectique car l’espace répond à différents usages : des tables d’hôte qui peuvent servir d’espace de réunion, des alcôves pour s’isoler, une salle privatisable pour une réunion ou un déjeuner d’équipe, des espaces lounge pour prendre son café, des banquettes pour plus de confort », détaille Sarah Jafarshad-Rajaei, directrice générale chez Bleu Vert Concepts. L’objectif : répondre à tous les besoins des collaborateurs au fil de la journée.

Côté mobilier, La Redoute avait également une demande toute particulière. Enseigne de prêt-à-porter mais aussi de meubles, le site d’ e-commerce souhaitait intégrer du mobilier de sa propre marque, La Redoute Intérieurs, mais aussi d’AMPM, afin de valoriser les produits de l’entreprise. « Ainsi, tous les fauteuils, tables basses, luminaires et accessoires déco sont issus de ce catalogue qui propose une gamme professionnelle », détaille Sarah Jafarshad-Rajaei.

HD_LaRedoute_031.jpg
Stéphane Durieu

HD_LaRedoute_062.jpg
Stéphane Durieu

Vers plus de RIE multi-concepts

La volonté de La Redoute de transformer son RIE vers un lieu de vie pour mieux correspondre aux usages d’aujourd’hui et coller à l’image de la marque est une tendance qui devrait être amenée à se généraliser à d’autres entreprises. C’est en tout cas ce que confirme Sarah Jafarshad-Rajaei : « la tendance est à la diversification et au multi concepts. Les clients ne souhaitent plus avoir un seul et unique restaurant ouvert de 11h30 à 13h30, mais en fonction du nombre de collaborateurs différents lieux, différents concepts, différentes offres qui couvrent tous les moments de la journée, avec des modes de service adaptés ». Sans oublier la possibilité pour les collaborateurs de réserver des créneaux horaires ou de bénéficier de l’offre de restauration via le click and collect. La restauration inter-entreprise aurait même un bel avenir devant elle, si l’on en croit Sarah Jafarshad-Rajaei. « Contrairement aux prédictions en début de crise, la restauration d’entreprise n’est pas amenée à disparaitre, elle se transforme, et au contraire, elle devient un lieu de destination. Les entreprises ont bien compris qu’avoir une offre et des espaces attractifs permet de fidéliser les collaborateurs, et de créer un élément de différenciation par rapport aux entreprises qui se contentent de distribuer des ­tickets restaurants », conclut-elle.