Arrivée dans le facility management par hasard, Mary Jude Reidy a désormais trouvé sa voie. Cette Irlandaise attachée aux valeurs de la RSE entend bien faire bouger les lignes de l’environnement de travail, notamment chez Deezer, où elle occupe depuis un an le poste de global workplace & facilities manager.

WPM-299-portrait-img01.jpg

L’environnement de travail, hasard ou vocation ?

C’est devenu une vocation mais j’y suis arrivée par hasard. J’ai d’abord exercé pendant quelques années dans la restauration et l’hôtellerie de luxe puis j’ai changé de carrière pour gagner en équilibre vie professionnelle / vie personnelle. J’ai mené des missions de prestation de services pendant six ans puis je suis allée à Londres dans la Fin Tech à un poste similaire. Là-bas, j’ai eu l’opportunité de toucher à l’univers de l’immobilier en analyse de processus au niveau monde. Le FM c’est tellement vaste qu’on a rarement l’occasion de toucher à tout mais grâce à cette expérience, j’ai appris et compris l’ensemble du métier. J’ai ensuite rejoint une banque d’investissement sur un poste immobilier et services généraux pour gérer la France. Et enfin, il y a un an, j’ai intégré Deezer comme global workplace et facilites manager.         

Comment travaillez-vous ?

Je travaille en mode nomade. J’ai mon bureau mais je suis très souvent en vadrouille dans le bâtiment. Mon téléphone portable ne me quitte jamais. Je fais aussi du télétravail et j’aime avoir la possibilité de varier les rythmes : si je suis trop longtemps en home office, je sens une baisse d’énergie et de motivation. Je cherche donc la flexibilité selon mes besoins, mon rythme de travail et mon équilibre.

Où en est le retour au bureau chez Deezer ?

Les équipes ont emménagé dans les nouveaux locaux en septembre 2020. Avec la crise sanitaire, on n’a malheureusement pas vraiment pu les occuper… Jusqu’en mars dernier, un système de teams days était en place pour faciliter les échanges, sans qu’il n’y ait aucune obligation de venir au bureau. Depuis, on a déployé en interne un outil informatique de réservation de bureaux. Aujourd’hui, les collaborateurs ont un besoin de retrouver le côté social intra-équipe. On est donc passés à un deuxième stade : les salariés peuvent venir quand ils le souhaitent dans la limite de la jauge en choisissant et réservant un bureau, soit dans leur zone attribuée habituelle soit ailleurs.

Quelle stratégie immobilière est envisagée ?

Nous revoyons notre portfolio immobilier pour gagner en flexibilité et en agilité avec une réduction des m² « classiques ». C’est dans la continuité d’une approche déjà présente chez Deezer, reposant sur le dialogue social et à la recherche de l’environnement optimal pour nos collaborateurs. En plus de la flexibilité, l’objectif est aussi d’offrir les mêmes opportunités à chacun de collaborer, de se retrouver ou de s’isoler selon les besoins et les préférences individuelles. En somme, les New Ways of Working (NWOW) au soutien de la vie de chacun. 

Quels sont vos projets du moment ?

On travaille beaucoup sur une politique environnementale et RSE (déclarations extra financières, audits énergétiques, suivi des règlementations environnementales...) On est très attachés à ces sujets mais on est au début du chemin. Nous avons aussi un projet « diversité et inclusion », dont je fais partie.

Et le projet que vous aimeriez mener ?

Je rêve de déployer une politique environnementale de A à Z avec les salariés. C’est d’ailleurs ce que je suis en train de réaliser chez Deezer en travaillant sur une approche RSE. J’aimerais aussi mener un projet d’aménagement d’espace atypique et décalé, où la créativité serait sans limite à l’image de Station F.

La qualité que vous préférez chez vos collaborateurs ?

J’aime travailler avec des personnes qui ne réfléchissent pas comme moi. J’ai besoin qu’on partage une vision mais je ne veux pas des copies conformes. La diversité d’avis, de points de vue, ainsi que la franchise sont des qualités essentielles.

Et à l'inverse, le défaut qui vous fait horreur ?

L’incapacité à faire évoluer sa façon de penser, à s’ouvrir aux idées.

Le plus beau compliment que l'on vous ait fait (ou puisse vous faire) professionnellement parlant ?

« Tu m’as rendu la journée plus simple, plus agréable. »

Votre plus grande réussite professionnelle ?

Chez Deezer, j’ai pris mon poste en août 2020. Peu après, un nouveau confinement a été instauré. J’ai échangé avec mon prédécesseur mais il n’y a pas pu avoir de passation en profondeur. Je suis fière d’avoir réussi à gérer la situation, à assurer le cumul de tous les projets en pleine crise sanitaire tout en gardant un esprit positif, une vraie dynamique et un sens de l’humour.

Comment voyez-vous l’environnement de travail du futur ?

On n’y est pas déjà ?! Je pense que l’agilité et la RSE seront les maîtres mots. Selon moi, les facility managers et les directeurs de l’environnement de travail sont les mieux placés pour centraliser, mener et déployer ces projets.