© Seqens / CBRE
Pour améliorer les conditions de retour au bureau des salariés, les entreprises doivent redoubler de vigilance sur plusieurs aspects de l’environnement de travail. Qualité de l’air intérieur, éclairage, matériaux, mais aussi alimentation et design actif font notamment partie de la liste de priorités dressée par CBRE. Analyse.

Les 12 priorités de l'environnement de travail

En raison de la pandémie, « un grand nombre d’entreprises souhaitent aujourd’hui renforcer leurs programmes CSBE (Confort, Santé et Bien-Être) [...] Plusieurs éléments doivent être analysés dès maintenant pour préparer la réouverture des bureaux : les paramètres physiques de l’espace de travail (qualité de l’air, nouveaux plans d’aménagement, …), mais également les services et avantages mis à disposition des collaborateurs pour faciliter leur retour », explique Ludovic Chambe, directeur du développement durable et RSE de CBRE France. Pour les aider, le spécialiste du conseil en immobilier d'entreprise a sélectionné 12 critères à prendre en compte en priorité.

  • La qualité de l’air intérieur

La pandémie actuelle a mis en lumière l’importance de la filtration et de la ventilation pour atténuer la transmission des maladies infectieuses aéroportées. Indissociables de la santé respiratoire et des performances cognitives, les niveaux de polluants dans les espaces intérieurs peuvent être jusqu’à cinq fois plus élevés que ceux en extérieur. 

  • L’acoustique

Principale cause de désagrément dans les bureaux, le bruit peut entrainer une diminution de la productivité et du bien-être des employés. La réduction de cette pollution sonore peut être réalisée en offrant un équilibre d’espaces ouverts et fermés en se focalisant sur l’ABC de l’atténuation du bruit (A pour absorber, B pour bloquer et C pour couvrir).

  • Le confort thermique

Le confort thermique est inhérent à la performance des collaborateurs. On constate une baisse de 10 % de la performance lorsque la température se trouve en dehors de plage optimale de 21 à 24 °C. Pour conserver cette température idéale dans les espaces de travail, il est possible d’améliorer l’isolation et d’intégrer des protections solaires extérieures.

  • L’éclairage

L’accès à la lumière naturelle et la vue sur la nature abaissent les niveaux de cortisol (une des hormones du stress) et favorisent une concentration tout au long de la journée. Dans les zones urbaines, il est parfois difficile d’avoir accès à la lumière naturelle, mais il existe des solutions pour compenser ce manque, et que les entreprises peuvent mettre en place, comme le contrôle de l’intensité, la température de la couleur et des systèmes d’éclairages circadiens.

  • Les matériaux

L’utilisation de matériaux responsables et durables dans les locaux protège non seulement l’environnement, mais aussi les salariés contre les composés organiques volatiles (COV) et divers problèmes de santé tels que les maux de tête et irritations. En particulier en cette période de crise sanitaire, les matériaux ayant des propriétés antimicrobiennes sont à privilégier.

  • Le bien-être psychique

Au cours de ces dernières années, différentes recherches ont démontré que la spiritualité favorisait la réduction du stress. En les aidant à trouver des moments de repos au milieu des sollicitations quotidiennes, la pratique de la spiritualité améliore la santé des salariés. L’intégration d’espaces dédiés au calme, que ce soit de repos, de bien-être ou de méditation, permet aux salariés de maintenir un état d’esprit serein dans un cadre de vie sain.

  • La sécurité et la prévention

Plus que jamais, la santé et la sécurité de l’environnement de travail doivent être une mission prioritaire pour les entreprises. L’effet de surprise de la Covid-19 il y a un an a souligné à quel point les entreprises doivent être préparées à faire face à des événements inhabituels et des situations d’urgence. Pour cela, il est important que les entreprises se dotent d’un plan de gestion des situations de crise ou de continuité d’activité (PCA) et le communiquent. Les salariés doivent également être formés aux premiers secours et un accès aux premiers soins doit être mis en place au sein des entreprises.

  • L’alimentation

Les nouvelles données issues de la recherche en économie comportementale encouragent l’utilisation d’une architecture de choix pour influencer les choix alimentaires. Afin de fournir des repères alimentaires aux salariés et leur permettre de prendre les meilleures décisions, l’entreprise peut opter pour une mise en avant des aliments sains et une diversification des choix. 

  • L’eau

L’accès à une eau potable et de qualité pour tous est essentiel pour la santé et le bien-être des employés. Pour inciter les salariés à atteindre la consommation d’eau hebdomadaire souhaitée, il est important de tenir compte de la distance entre chaque bureau et le distributeur d’eau le plus proche, mais aussi de proposer des alternatives comme de l’eau gazeuse et des eaux fruitées. 

  • Les interactions sociales

Le lien social est essentiel au bien-être de chacun. Il a notamment été démontré qu’un soutien social protège contre le burn-out. C’est aussi un levier d’amélioration de la collaboration. Les entreprises doivent donc être attentives à créer pour les collaborateurs des occasions d’échanger régulièrement sur des sujets divers.

  • L’autonomie

Le fait d’avoir davantage d’autonomie renforce les capacités des collaborateurs. Avec le télétravail, l’équilibre entre vie professionnelle et vie personnelle peut parfois être difficile à trouver, et pour renforcer ce sens de l’autonomie, les entreprises doivent s’attacher à créer au bureau des espaces de travail diversifiés pour répondre à différents besoins de leurs collaborateurs (collaboration, création, concentration…), afin d’améliorer leur épanouissement au travail.

  • Le design actif

Pour limiter la sédentarité des salariés, améliorer leur posture de travail et diminuer les douleurs associées, certains aménagements de bureau - qualifiés de Design actif - peuvent favoriser l’activité physique. L’incitation à utiliser les escaliers internes par exemple, ou la mise en place de postes de travail ergonomiques et réglables en hauteur y contribuent. Les aménagements extérieurs (espaces verts, assises, œuvres d’art) favorisant la découverte et la marche sont tout aussi importants.