ACTUALITES

Métier

Dans le costume d’un energy manager

Charles Knappek | 7 janvier 2019 |

Thierry Pautrat est energy manager depuis quatre ans. Son travail : analyser et traiter en temps réel l’ensemble des données récoltées sur les différents sites qu’il gère et piloter à distance leur consommation énergétique.

Chargé de traquer les surconsommations énergétiques, de détecter les points de perte d’énergie et, en prime de promouvoir les bons comportements, l’energy manager est un allié précieux des entreprises désireuses de réduire leurs coûts tout en préservant l’environnement. Thierry Pautrat est energy manager depuis quatre ans chez Dalkia. Pour Workplace Magazine, il a accepté d’expliquer en quoi consiste sa mission.

Thierry Pautrat n’a pas un, mais deux costumes de travail. Dans son bureau de la tour Europe, à La Défense, cet energy manager de 30 ans à l’allure décontractée opte en général pour la doublette chemise/pantalon en jean. Sur le terrain en revanche, quand il visite l’un des 5 200 sites d’Île-de-France gérés par Dalkia dans le cadre de sa mission de réduction des consommations énergétiques, c’est en tenue de sécurité que ses interlocuteurs le rencontrent. « Mon temps se partage à peu près à parts égales entre le travail de bureau et les déplacements sur le terrain », confie l’intéressé. Le métier d’energy manager est en plein développement. La rationalisation des dépenses énergétiques est à la fois un sujet dans l’air du temps et une nécessité économique. L’augmentation des coûts de l’énergie, la raréfaction des ressources, ou encore le besoin de limiter les impacts environnementaux conduisent de plus en plus d’acteurs à optimiser leur performance énergétique globale.

 

Pilotage depuis le Desc

Chez Dalkia, la réponse passe par le « Dalkia Energy Savings Center » (Desc). Cette structure, où Thierry Pautrat est l’un des six energy managers en poste, analyse et traite en temps réel l’ensemble des données récoltées dans chacun des sites clients de l’entreprise, ce qui lui permet de piloter à distance leur gestion énergétique. Le Desc, premier centre de pilotage de cette dimension en France, a été créé en 2013 et vite renforcé d’antennes régionales (Lille, Nancy, Tours, Toulouse, Marseille et Lyon) dans chacune des régions historiques de Dalkia. Son organisation centralisée lui a permis d’améliorer sensiblement les performances en termes d’économie d’énergie. Alors que Dalkia aidait ses partenaires à réduire de 20 % leur consommation avant la création du Desc, le taux peut monter jusqu’à 40 % depuis lors. Les energy managers, dont le nombre ne cesse de progresser, en sont la cheville ouvrière. Chaque matin, en arrivant au Desc, Thierry Pautrat commence par vérifier si les alarmes des sites dont il a la gestion se sont déclenchées. « Cela arrive quand les seuils de consommation que nous avons fixés avec le client ont été dépassés. Quand cela se produit, nous cherchons ce qui a causé cette surconsommation et nous prenons les mesures adéquates pour la réduire. » L’ingénieur répond ensuite aux demandes des clients qui veulent des informations sur leur consommation et la manière de l’améliorer.

 

 

Du neuf comme de l’ancien

Les profils sont variés. Thierry Pautrat est spécialisé dans les sites du secteur tertiaire : « Nous avons des bâtiments de tous types et de toutes tailles, des immeubles de bureaux dans le neuf ou l’ancien, des centres commerciaux... Nous sommes aussi en charge Paris La Défense Arena. » Si le gros du potentiel du marché se trouve dans l’ancien, qui regorge de passoires thermiques à rénover, les immeubles récents sont également nombreux à faire appel aux services d’un energy manager. L’isolation thermique n’est, ici, pas en cause. Ce sont plutôt les usages. Il s’agit de sensibiliser aux pratiques vertueuses, puis de les généraliser : « par exemple, nous réglons les programmes horaires de ventilation ou d’éclairage pour faire en sorte qu’ils ne fonctionnent que quand le bâtiment est réellement occupé, explique Thierry Pautrat. De la même manière pour le chauffage ou le débit des centrales de traitement d’air, nous adaptons les niveaux de consommation aux besoins réels de l’entreprise. » Rien n’est imposé aux clients. L’energy manager préconise, ses clients disposent : « en pratique, nos recommandations sont largement suivies, précise toutefois Thierry Pautrat. Les clients sont volontaristes dans leur démarche de réduction des coûts. » La relation est d’ailleurs durable : en moyenne les contrats sont signés sur des durées d’un à cinq ans. Avec quelques exceptions notables, telles le ministère de la Défense dans le 15e arrondissement de Paris, qui s’est engagé pour 27 ans. Les techniciens déployés sur site contribuent pour une large part à l’établissement des diagnostics énergétiques. Thierry Pautrat les accompagne volontiers : « je vais sur le terrain pour rencontrer les techniciens avec qui je travaille, c’est plus agréable. Les clients sont aussi demandeurs en termes de suivi. Beaucoup souhaitent un reporting de nos actions sur leur site une fois par an. » Les interventions sur le terrain permettent, par ailleurs, la montée en compétence des personnels des entreprises clientes. « L’idée est de les aider à développer et institutionnaliser les bons comportements en matière énergétique », ajoute Thierry Pautrat. En la matière, beaucoup reste à faire. S’il ne dispose pas de chiffres précis, le jeune homme estime qu’une toute petite part des entreprises, essentiellement des grands comptes, a aujourd’hui pleinement intégré l’importance d’une bonne gestion de leur consommation énergétique. Mais les mentalités évoluent progressivement, et les besoins augmentent. Un signe ne trompe pas : le Desc comptait trois energy manager à sa création en 2013 contre six aujourd’hui. À moyen terme, leur nombre devrait encore augmenter.

 



PARTAGER

imprimer partager par mail

Inscription

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • Nouveaux espaces
    28 février 2019
    De nouveaux concepts d'espaces de travail s'imposent aujourd'hui dans le secteur tertiaire. Si les terminologies varient, les objectifs, eux, sont souvent similaires: répondre à un besoin grandissant de collaboration, de création et d'innovation dans les entreprises. Tour ...
  • Immobilier inclusif
    5 novembre 2018
    Constitutif de la ville, le bâtiment de bureaux tend aujourd'hui à interagir avec son territoire. Une ouverture largement impulsée par les collectivités mais également par les nouveaux modes de travail. Le digital accompagne cette tendance qui devrait gagner du terrain dans ...
  • Aménagement
    10 septembre 2018
    L'aménagement des espaces de bureaux a connu une grande métamorphose ces dernières décennies. Zoom sur 10 tendances repérées par la rédaction au fil des reportages, visites de bureaux et portfolios...
  • Mobilité en entreprise
    1 septembre 2017
    En avril dernier, lors d’un club Développement durable, l’Arseg posait la question des enjeux et impacts des nouveaux modes de travail sur la mobilité durable. En effet, les modes de travail se transforment portés par des technologies de l’information ...
  • 6 février 2017
    En 6 ans, le nombre de tiers-lieux en France a été multiplié par 3 ! Preuve que la demande est forte et que les nouvelles organisations de travail se déploient. Désormais, les indépendants en recherche d’un environnement de travail agréable et les start-up en quête ...

Services et Produits