Lors de l’inauguration de son premier site de production à Vénissieux près de Lyon, l’entreprise BoostHeat a dévoilé son ambition d’installer d’ici à fin 2019 entre 2 000 et 3 000 de ses pompes à chaleur gaz hybrides.

BoostHeat arrive enfin sur le marché. Après 7 années de recherche et développement et autant de familles de brevets déposés, la start-up a inauguré sa première usine dans l’agglomération lyonnaise, au cœur du campus industriel de Vénissieux, avec un potentiel de production de 50 000 unités à l’année. C’est sur cette ligne automatisée qu’est fabriqué le compresseur thermique, outil essentiel à la technologie développée par BoostHeat. Ici, pas de perte d’énergie, le pouvoir calorifique du gaz est utilisé pour activer la compression thermique qui collectera de l’énergie via un cycle de pompe à chaleur gaz. A noter tout de même qu’en dessous des -10°C en extérieur, 20 kW sont assurés par une chaudière de relai, placée au-dessus de la PAC.Du chauffage en circuit courtAutre innovation, BoostHeat a choisi de s’adresser directement au client, sans passer par les cases distributeurs et installateurs, à travers une plate-forme web lancée en juin dernier. Avec cette méthode de commercialisation unique, la start-up souhaite alléger les installateurs de leur part commerciale et leur proposer une formation spécifique pour assurer la qualité du produit. La commercialisation des séries est annoncée pour avril 2019, et l’entreprise espère compter 2 à 3 000 unités installées d’ici à fin 2019 dans les 4 pays où BoostHeat est présent, à savoir la France, l’Allemagne, la Suisse et la Belgique. L'équipe réfléchit également à une solution pour le petit tertiaire et le collectif et souhaite repenser le design des produits pour en faire de beaux objets. Selon Luc Jacquet, co-fondateur de BoostHeat il faut "regarder ce qui s'est fait dans l'automobile et les télécoms et faire de même dans le chauffage."Regardez l'interview à chaud de Génie Climatique Magazine avec Luc Jacquet, co-fondateur de BoostHeat