Le Président de la République a présenté, mardi 27 novembre, la Stratégie Nationale Bas-Carbone (SNBC) qui décrit la feuille de route de la France pour  conduire la politique d’atténuation du changement climatique et la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE) qui fixe les priorités d’actions des pouvoirs publics dans le domaine de l’énergie. Voici ce qu’il faut retenir de concret.

Au-delà de l’arrêt des réacteurs nucléaires (deux d’ici 5 ans et 14 d’ici 2030), le président a précisé la manière dont il souhaiter orienter le génie climatique. Ainsi il annonce que d’ici 2023 :- 10 000 chauffages charbon (la moitié de ceux restants) auront été supprimés ;- 1 million de chaudières fioul auront été remplacés ;- près de 10 millions de logements seront chauffés au bois avec un appareil efficace ;- 3,4 millions d’équivalents logements seront raccordés à un réseau chaleur ;- 65 000 à 100 000 sites photovoltaïques en autoconsommation seront implantés.L'artillerie du président Pour arriver à ses fins, le président souhaite :- élargir le crédit d’impôt pour la transition énergétique aux propriétaires-bailleurs en 2020. Et, dès 2019, l’élargir  pour  les  ménages  modestes  à  la  main  d’œuvre  pour  l’installation  d’équipements  de  chaleur  renouvelable ainsi qu’à la dépose de cuves à fioul;- à compter de mi-2019, permettre à l'éco prêt à taux zéro de s'appliquer au forfait pour tous travaux éligibles  au CITE (exemple : jusqu'à 18 000 euros de prêt pour l'installation d'une pompe à chaleur géothermique). Jusqu'alors, il fallait réaliser au moins deux types de travaux (exemple : pompe à chaleur + isolation des murs) pour bénéficier de ces prêts avantageux ;- rendre l’audit énergétique obligatoire avant la mise en location d’un logement privé de catégorie F ou G, ainsi que  lors de chaque  mutation d’un logement classé F ou G, d’ici 2021, pour inciter les propriétaires à engager des travaux.