Renforcer la sécurité sanitaire sans sacrifier à la protection environnementale : rien de paradoxal pour les acteurs du bio-nettoyage. Mêlant sciences de nettoyage et de désinfection durables des surfaces, cette méthode largement éprouvée en milieux sensibles offre une réponse optimale en matière d’efficacité et d’éco-responsabilité, deux notions résolument stratégiques dans l’univers de l’hygiène professionnelle. 

Légion dans les établissements de santé et médicaux, les méthodes de bio-nettoyage ne sont plus à la marge des besoins d’une plus grande variété de secteurs d’activité. Longtemps opposée à la notion de performance, l’alliance de l’hygiène et de la désinfection écologiques a non seulement gagnée ses galons dans les milieux sensibles bannissant le risque d’infection et de contamination, mais elle s’inscrit aujourd’hui dans des politiques de propreté visant des alternatives plus vertes, respectueuses des utilisateurs, des occupants et de la planète. En croissance linéaire depuis une dizaine d’années, le bio-nettoyage n’a pas attendu la crise sanitaire pour gagner du terrain sur l’échiquier de l’hygiène professionnelle, les protocoles ayant toutefois accéléré les arbitrages à l’heure d’une demande de prestations plus intensive et d’une quête du meilleur compromis entre efficacité et développement durable. Cheval de bataille de la société Oxy’Pharm, qui puise ses racines dans la lutte contre les infections nosocomiales, l’innovation technologique combinée à une démarche écoresponsable s’inscrit pleinement dans cette volonté : « Il est aujourd’hui permis d’atteindre des résultats très élevés en termes de désinfection avec des produits complètement biodégradables, dans des domaines relativement complexes », affirme Romain Rouleau, Directeur général du groupe francilien, qui conçoit, fabrique et distribue des solutions de désinfection des surfaces par voie aérienne (DSVA). « C’est aussi dans cet esprit que nous avons intégré en 2019 la société Sanivap, spécialisée dans les appareils de nettoyage-désinfection vapeur ; une technologie qui répondait à la fois aux attentes de nos clients et à notre ADN. »

p-1_Page_1_Image_0001.jpg

Le double effet opérationnel


À deux, on est plus fort. Dans cette course à la performance, la complémentarité de l’offre ajoute un atout dans la manche : « Quel que soit l’environnement, et d’autant plus en cette période, la maîtrise des risques de transmission par les surfaces justifie l’application d’un traitement global, impliquant à la fois le nettoyage et la désinfection quotidienne des points de contact, mais également une désinfection à plus grande échelle pour renforcer l’efficacité dans 100 % des espaces », décrypte le responsable. Fréquence d’utilisation d’un côté, traitement de fond de l’autre…, s’il renforce les bénéfices en matière de prévention et de protocoles d’hygiène, le combo plaide également en faveur d’une plus grande sécurité dans la mise en œuvre des process : « À la différence des pratiques de désinfection manuelles, notre technologie par la voie aérienne n’impose aucune manipulation, aucun contact humain avec les surfaces et fonctionne de manière totalement autonome, détaille Romain Rouleau. Une automatisation qui limite non seulement le risque de contamination des opérateurs, mais permet également de couvrir des zones inaccessibles grâce à la diffusion homogène du peroxyde d’hydrogène, sous forme de brouillard sec complètement biodégradable et sans résidu humide. En réponse à la performance attendue, le temps gagné est inestimable. » Outre la caution scientifique délivrée par la norme NFT72-110 sur l’ensemble des appareils vapeur, un procédé réputé pour l’élimination des micro-organismes sur les surfaces, la formule de désinfection aérienne coche également toutes les cases, précise Romain Rouleau : « Efficace sur l’ensemble des agents pathogènes, y compris la Covid 19, le peroxyde d’hydrogène est à la fois non corrodant, non allergène et non toxique. À l’opposé de certaines pratiques visant à atteindre les normes européennes de référence (NF T72-281 et EN 17272), aucun artifice n’est utilisé pour doper cette formulation. » 

p-1_Page_1_Image_0002.jpg

L’éco-responsabilité,  mère d’innovation 


Au-delà des bénéfices écologiques et sanitaires, le couple vapeur et bio-désinfection s’inscrit bien au-delà du mariage de raison. S’il en découle un usage plus raisonné des actions d’hygiène, cette association peut également représenter un avantage économique certain sur les process de nettoyage et de désinfection classiques, parfois gourmands en produits chimiques. « Un appareil vapeur permet de remplacer tous les produits en sprays désinfectants manuels, argue le dirigeant d’Oxy’Pharm. Sur le plan environnemental, cette capacité aura un fort impact sur la réduction des déchets plastiques, des flux d’approvisionnement, mais également de l’utilisation de l’eau, l’unique ressource, une faible quantité étant suffisante pour couvrir un large spectre de surfaces, plusieurs fois par jour. Levier d’innovation, la fonction non énergivore des équipements offre une distinction de taille en regard d’autres gammes du marché, ajouté à une production garantie made in France. » Si les dispositifs vapeur remisent maintes solutions au placard, pas question pour autant de faire l’économie d’un accompagnement sur le terrain, vers l’application de process les plus efficients : « Loin d’être étrangères dans nos milieux d’intervention, les pratiques de désinfection méritent toutefois le meilleur aiguillage. Dans la vapeur, il ne suffit pas d’appuyer sur un bouton, mais bien de former aux bonnes postures de travail pour prévenir toutes formes de risques sur la santé et la sécurité des agents. C’est aussi cela, un parti-pris éco-responsable », conclut Romain Rouleau. 

Un duo, des solutions 

p2_Page_1_Image_0001.jpgp2_Page_1_Image_0002.jpg

- Une gamme de désinfection 100 % automatisée 


NOCOTECH est un concept automatisé de désinfection des surfaces par diffusion sèche. La gamme Nocotech repose sur l’action couplée d’un appareil de traitement automatisé des surfaces (Nocospray), et d’un produit liquide de désinfection (Nocolyse+) ou de désinsectisation (Oxypy et Oxypy+). La diffusion par voie aérienne permet de traiter des surfaces, même les plus difficiles d’accès.

- Une gamme de bio-nettoyage vapeur 


Leader dans le bio-nettoyage vapeur, la gamme SANIVAP dispose de générateurs vapeur (SP400, SP540H, SP500/600 et SP800) et d’accessoires adaptés à chaque situation de traitement pour un nettoyage complet et efficace. Les dispositifs SANIVAP assurent le bio-nettoyage des surfaces. 

Qui sommes nous ?

Créée en 2003 dans la volonté de s'investir dans la lutte contre les infections nosocomiales de manière écoresponsable, OXY'PHARM fabrique et distribue des machines et produits biodégradables de désinfection des surfaces par voie automatisée ainsi que de désinsectisation. De cette idée est né le concept NocoTech. Basée à Champigny-sur-Marne, en région parisienne, toute l'activité est actuellement exploitée sur ce site de production, ce qui fait d'OXY'PHARM un producteur 100 % français. La société réalise 85 % de son chiffre d'affaires à l'export sur plus de 120 pays (Europe, Asie, Moyen-Orient, Amérique du Nord, Amérique Latine ... ).