Dynamique, multi-tâche, digitale ... , l'hôtesse d'accueil s'émancipe de sa mission tradi­tionnelle pour assurer des activités au service de l'entreprise et du bien-être des occupants. Pour Geoffroy Castelnau, gérant fondateur d'Altes Accueil, un pure player régional d'accueil en entreprise, sa qualité dépend assurément d'une politique sociale forte, d'un accès aux compétences et d'une plus grande reconnaissance du métier dans son ensemble. Entretien.

Monsieur-2.jpg
Geoffroy Castelnau, gérant fondateur d'Altes Accueil

Premier visage de l'entreprise, l'hôtesse reprend progressive­ment ses marques à son poste d'accueil. En quoi son rôle s'annonce fon­damental à l'aune de cette rentrée générale ?

Comme tous les salariés, les hôtesses d'accueil ont souffert des contraintes liées à la pan­démie et d'une absence pro­longée dans l'entreprise. Mais elles seront le premier sourire que les collaborateurs retrou­veront pour leur come-back après des mois de télétravail, une période qui a considéra­blement réduit les rapports humains. Transmettre l'en­thousiasme dès l'entrée de l'en­treprise n'a rien d'anecdotique; l'accueil et son message de bienvenue garantit également à chacun une protection lors de son retour au bureau. C'est aussi l'incarnation d'une image haut de gamme et attractive,la défense d'une culture d'en­treprise, qu'il est essentiel de valoriser à son tour pour l'aider à perdurer et à s'inscrire plei­nement au sein de l'environne­ment de travail. Or ce métier gagnerait aujourd'hui à être plus reconnu et plus valorisé. Ses contours restent flous pour bon nombre d'entreprises qui doivent comprendre que pour faire du haut de gamme, comp­ter sur des hôtesses formées et bien payées, cela demande de l'investissement et une vraie reconnaissance du métier. 

Quelle doit être sa pos­ture dans l'entreprise aujourd'hui ? 

De plus en plus centré sur l'hu­main et ses nouveaux usages, l'environnement de travail nécessite une approche du ser­vice et du bien-être dans lequel l'accueil s'imbrique indubita­blement. L'accueil fait d'ail­leurs partie de la trentaine de métiers identifiés par l'Arseg, ce qui encourage une vraie reconnaissance des DET sur ce pôle spécifique, à la différence des acheteurs qui « achètent un prix » et qui ne prennent pas toujours le temps de s'intéres­ser à l'exigence de ce métier.

Il y a un rapport certain entre une prestation qualitative et le prix que l'on paie : on n'investit pas dans l'accueil comme dans des petits pois! C'est pourquoi nous faisons le pari d'une poli­tique sociale forte, qui bénéfi­cie à la fois aux entreprises et aux Hôtesses, ce qui est loin d'être l'apanage du marché de l'accueil dans son ensemble. Peu savent qu'il y a 85 % de masse salariale dans le CA facturé aux utilisateurs ... 

Quels sont les leviers de votre politique sociale ?

Cela commence par des salaires supérieurs à ceux du marché, de l'ordre de 10 à 15 %, auxquels s'ajoutent des avantages telles que des primes de qualité, de tenue, de poste, ou encore la couverture santé. Il faut savoir qu'aujourd'hui, nous faisons par­tie des six sociétés d'accueil en France à être certifiées AFNOR NF Service, ce qui donne à nos clients une vraie garantie de la pertinence de nos process. Parmi eux, la formation participe des ressorts essentiels à des pres­tations de qualité, dans un sec­teur où il n'existe actuellement aucune obligation voulue en la matière pour ce métier. 

Sous quels prismes abordez-vous la formation ? 

Notre centre de formation Point Bleu propose aux hôtesses 19 modules de formation spéci­fiques au métier de l'accueil en entreprise, des outils pour les faire monter en compétences. Les thématiques vont de la ges­tion de crise à l'anglais courant, en passant par la sécurité incen­die et le savoir-être, composante primordiale d'un profil haut de gamme. Lorsqu'un client nous demande de la « luxury atti­tude », c'est qu'il attend un personnel à la mesure du prestige qu'il souhaite véhiculer, comme le ferait une maison de haute ­couture. Dans la veine des ser­vices aux occupants qui se développent dans les environnements de travail, l'enjeu est d'offrir du «sur-mesure ». 

La digitalisation fait-elle partie d'une réponse aux nouveaux usages des collaborateurs ?

Upgrader l'accueil est une évo­lution nécessaire et stratégique. Par exemple, la mise en place de bornes numériques s'est avérée particulièrement pertinente avant et pendant la crise sani­taire, pour permettre aux entre­prises d'optimiser ou remplacer les ressources à l'entrée. Post­-crise, cette solution peut égale­ment séduire les clients souhai­tant réduire leur budget tout en proposant des solutions inno­vantes. Le digital, qui ne rempla­cera jamais l'humain ni le sou­rire, s'invite également dans l'oreillette de nos hôtesses ou via des tablettes numériques, qui leur permettent d'être dyna­miques et réactives dans la prise d'information et dans le feed­back avec l'entreprise. Les DET gard statistique sur le flux de visiteurs, les inci­dents, les requêtes spécifiques ... , tout un ensemble de données rapportées au jour le jour. Pour aller plus loin, notre encadre­ment s'est vu équipé de tablettes afin de notifier des consignes, d'opérer des contrôles et des questionnaires auprès de nos hôtesses, ou encore de trans­mettre à nos clients des repor­tings de visites. 

Face à la tendance ser­vicielle et au bien-être des occupants, com­ment l'hôtesse s'extrait désormais de sa fonction « standard » ? 

Pour aborder ce virage, nous avons créé il y a quelques années la structure Grands Cœurs, une activité de services à l'occupant couvrant divers métiers
péri­phériques de l'accueil, tels que la gestion du courrier, le pressing, le factotum ou la conciergerie, par exemple. Ce type de mission peut être opéré par une hôtesse au planning aménagé, ou, dans un grand groupe, par un salarié permanent au niveau de l'accueil qui va piloter l'en­semble, à l'heure où les entre­prises sont de plus en plus enclines à vouloir externaliser les services sans avoir à gérer pléthore de prestataires. Face à l'émergence de l'hospitality management dans l'environne­ment de travail, l'hôtesse se mue progressivement en assistante polyvalente, capable de centra­liser une pluralité de demandes issues de différents métiers. À tel point que nos choix de recru­tement peuvent donner l'idée à certains de nos clients de débau­cher nos hôtesses, ce que nous acceptons dans la mesure où ce n'est pas systématique ! Si chaque médaille a son revers, c'est aussi le gage de recon­naissance d'une vraie valeur ajoutée. 

QUI SOMMES-NOUS? 

Logo.jpg

  • Créée en 2002
  • Basée à Paris XVII

Notre accroche:« Votre Qualité dès notre Accueil »

  • Membre ARSEG
  • Certifiée AFNOR Service depuis 2008
  • CA 2019: 6.2 M€ avec 220 Hôtesses
  • Baisse CA 2020: -30 %
  • Centre de formation en interne: POINT BLEU

sodesur-img-3.jpg

​​​​​​Présente à Paris et en Ile-de-France, Altes Accueil est spécialiste dans le domaine des services d'accueil en entreprises. Nos hôtesses répondent aux exigences de tous les secteurs d'activité nécessitant d'accueillir et recevoir des clients/collaborateurs dans des conditions optimales - luxe, banque, cabinet d'avocat, informa­tique, assurance, finance, laboratoire pharmaceutique ... Nous garantissons des services sur mesure et sélectionnons des hôtesses qualifiées, que nous formons ensuite aux différentes problématiques des métiers de l'accueil accueil physique, accueil VIP des sièges sociaux, gestion de standard télé­phonique, gestion hôtelière et gestion d'événements, assistance aux services généraux (secrétariat, gestion du courrier, du parc automobile ... ). Expérimen­tées, ces professionnelles assurent leur mission avec rigueur en partageant des valeurs communes (présentation, discrétion, sobriété, courtoisie) et un réel esprit de partenariat. De nos jours, le sourire d'une hôtesse n'a pas de prix! Notre devise est vite devenue une évidence« votre Qualité dès notre Accueil » assurée entre autres grâce à notre surencadrement. 

WWW.ALTES-ACCU El L.FR