.
En trois générations, notre alimentation a radicalement changé : nous mangeons plus et moins bien. Qu’en est-il de la pause déj au bureau ? Riposte Verte fait le point.

Selon l’étude « Quelle alimentation durable au bureau ? » menée en ligne par Riposte Verte auprès de 812 répondants, 40 % des salariés disposent d’un restaurant d’entreprise. Parmi ces derniers, 35 % connaissent la provenance des aliments et 23 % peuvent choisir un plat de produits bios. Pour ceux qui mangent au bureau, 48 % optent pour du fait maison. Enfin, lorsqu’ils sortent déjeuner, les collaborateurs préfèrent les restaurants traditionnels aux enseignes de restauration rapide. Ils se rendent également dans les parcs et jardins (37 %) ou bien rentrent manger chez eux (24 %). 47 % intègrent un critère écolo dans le choix du restaurant. Favorisé par la désynchronisation des repas, on note de plus que le grignotage s’intensifie et des distributeurs automatiques se retrouvent dans quasiment une organisation sur deux (44 %) tout comme des paniers de fruits frais (19 %). Bonne nouvelle : 77 % des collaborateurs sont favorables au remplacement du distributeur par un panier.

 

Des actions encore à mener

Au-delà de l’aspect environnemental, neuf répondants sur dix estiment qu’une alimentation saine et durable influe sur leur santé, et sur leur sentiment de bien-être au travail pour les deux tiers. Proportion similaire à celle qui estime que les actions doivent être menées par tous les acteurs : collaborateurs, représentants du personnel, direction, exploitant... Concernant les actions réellement menées, le constat est décevant puisque les deux tiers des collaborateurs n’ont jamais profité d’une sensibilisation au travail et lorsqu’ils l’ont été, elle fut ponctuelle pour un sur trois. Un chiffre qui donne à réfléchir conclut cette étude : 83 % des collaborateurs attendent plus d’engagement de leur direction et une sensibilisation plus régulière sur ces enjeux d’alimentation saine et durable au bureau.

 

 

Retrouvez plus de résultats de cette étude dans notre numéro 279 (novembre 2018).