Archive

Environnement

Le numérique, pas (encore) écologique

Sophie Wlodarczak | 1 juillet 2019 |


Invisible, inaudible, inodore, la pollution numérique n'en est pas moins insignifiante. Au-delà des data centers et des matières premières utilisées dans la fabrica­tion d'appareils connectés, les usages digitaux des uns et des autres ébranlent l'environne­ment. Premiers foyers de numérisation, les entreprises sont plus que jamais concernées.

Il y a deux ans, Inès Leonarduzzi s'est emparée du sujet etena fait son métier. Elle a fondé le Earth Project Digital For The Planet pour accompagner les industries dans une logique d' « écologie digitale ». Ce concept, à la fois environnemental et technologique, elle l'a initié et développé pour tenter de répondre à ce « fléau » environnemental.

 

La pollution numérique, c'est quoi?
Le numérique est un outil merveilleux qui apermis de grandes avancées à tout point de vue dans les sociétés du monde. Mais c'est aussi une solution qui peut être utilisée à mauvais escient si on n'y prend pas garde et qu'on ne fait pas les bons choix dès le début. Aujourd'hui, la pollution numérique existe de plusieurs manières, dont atmosphérique et environnementale. La fabrication des appareils électroniques, nos usages et nos problèmes de recyclage - le recyclage des déchets des équipements électroniques notamment, qui n'est pas optimal - en sont à l'origine. Cela va donc beaucoup plus loin que les data centers, dont on entend énormément parler et qui sont une réalité, mais qui ne concentrent pas la totalité du problème.

 

Qu'entendez-vous par écologie numérique?
L'écologie numérique est un concept que j'ai inventé et que j'ai imaginé d'abord comme un état d'esprit. C'est comprendre qu'aujourd'hui le numérique n'est pas engagé de la meilleure façon, n'est pas optimisé dans son application durable et inclusive. Et qu'uneautre voix est passible. Ensuite c'est une science environnementale et sociétale. C'est se demander comment, demain, nous pouvons repenser la société par rapport à un digital durable et ce que cela signifie pour lafinance, l'État, les universités, les citoyens. Enfin, c'est une science technologique : comment penser des outils à marges énergétiques positives ou bas carbone ainsi que des outils qui permettent de rendre le digital plus responsable.

 

 

Digital et numérique, quelle différence?
Il n'y en a pas ! J'ai tendance à penser que le digital se rapporte à laculture sociale du numérique, c'est-à-dire tous les usages pilotés par le doigt ou la voix via un écran. Le numérique, à mon sens, est davantage de l'ordre de l'infrastructure! et du dispo­sitif physique. Mais dans l'ab­solu, numérique signifie digital. Appliqués à l'écologie, les deux termes sont déposés et existent mais il est vrai que j'ai tendance à parler d'écologie numérique. Cela dit, en anglais, il n'y a pas de confusion possible : on parle de « digital ecology ».

 

Quel(s) enjeu(x) pour les entreprises ?
La pollution numérique est le prochain enjeu écologique majeur dans le monde à l'heure du tout digital. Les premiers foyers de numérisation sont les entreprises. Ce sont elles qui se sont digitalisées avant les citoyens et avant les gou­vernements. Ne serait-ce que par les unités informatiques présentes en leur sein, cela suf­fit à en faire les premiers pol­lueurs au monde. En dehors de cet enjeu d'échelle, il y a aussi un enjeu sociétal évident : une entreprise doit d'abord être un exemple, un reflet social et représenter les attentes de ses consommateurs et de ses clients.

 

 

 

 

Qu'est-ce que les entreprises ont à gagner avec l'écologie digitale?
Pour les entreprises, adopter des pratiques numériques durables représente une économie finan­cière sur les dépenses énergétiques. C'est une baisse sur la facture d'électricité qui peut aller de 20 % à 30 % : autant de valeur que l'en­treprise peut réinvestir ailleurs. Ensuite c'est une responsabilité environnementale et sociétale qui est obligatoire aujourd'hui. C'est aussi un capital sympathie et une reconnaissance de la part des citoyens, des clients et des salariés. Bien sûr, les industries doivent faire du profit. Mais pour faire du profit, il faut plaire à ses clients. Et aujourd'hui, les clients veulent des entreprises respon­sables qui ont une raison d'être au monde et qui le respecte, qui ne sont pas juste là pour faire de l'argent et laisser par ailleurs la planète en pâtir.

 

Qu'est-ce qui vous frappe le plus lorsque vous travaillez avec les entreprises ?
Ce qui me surprend positive­ment, c'est de réaliser l'impact que l'écologie digitale a sur les citoyens qui travaillent dans ces entreprises et qui s'emparent du sujet, qui en font une affaire per­sonnelle et le ramène à la maison, le transmettent à leurs enfants . Et ça, c'est extrêmement positif.

 

 

 

 

 

 

LES CONSEILS D'INÈS LEONARDUZZI

Petits gestes que l'on devrait tous adopter au bureau pour économiser de l'énergie

➔ Privilégier les plateformes collaboratives pour faire parvenir des pièces jointes.

 

➔ Limiter le nombre de personnes en copie dans un mail lorsque ce n'est pas nécessaire. Au quotidien, cela représente une économie énorme.

 

➔ Supprimer les corbeilles de mails ainsi que les spams. Un outil génial: Clean Fox.

 

➔ Taper directement l'adresse web dans la barre d'url plutôt que dans le moteur de recherche.

 

➔ Supprimer les applications que l'on n'utilise pas. En moyenne, un utilisateur de smartphone a 75 applications; seules 13 sont utilisées.

 

➔ Fermer ses fenêtres et onglets régulièrement.

 

➔ Ne pas laisser brancher son smartphone en continu. En plus de consommer de l'énergie, cela épuise la batterie du téléphone.



Inscription

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Actualités

Dossiers de la rédaction
  • Publi-communiqué Weyou Group
    5 juin 2020
    La période singulière que nous venons de vivre a-t-elle modifiée durablementnotre rapport à l'entreprise et au travail? Quels impacts et quel avenirpour les espaces de travail? Quels protocoles pour la protection descollaborateurs? Quels nouveaux services leur proposer?Les ...
  • Nouveaux espaces
    28 février 2019
    De nouveaux concepts d'espaces de travail s'imposent aujourd'hui dans le secteur tertiaire. Si les terminologies varient, les objectifs, eux, sont souvent similaires: répondre à un besoin grandissant de collaboration, de création et d'innovation dans les entreprises. Tour ...
  • Immobilier inclusif
    5 novembre 2018
    Constitutif de la ville, le bâtiment de bureaux tend aujourd'hui à interagir avec son territoire. Une ouverture largement impulsée par les collectivités mais également par les nouveaux modes de travail. Le digital accompagne cette tendance qui devrait gagner du terrain dans ...
  • Aménagement
    10 septembre 2018
    L'aménagement des espaces de bureaux a connu une grande métamorphose ces dernières décennies. Zoom sur 10 tendances repérées par la rédaction au fil des reportages, visites de bureaux et portfolios...
  • Mobilité en entreprise
    1 septembre 2017
    En avril dernier, lors d’un club Développement durable, l’Arseg posait la question des enjeux et impacts des nouveaux modes de travail sur la mobilité durable. En effet, les modes de travail se transforment portés par des technologies de l’information ...

Services et Produits