Services

Prévention du risque Covid-19 : l’INRS alerte contre l’inefficacité de certains dispositifs

CADIOU, Céline | 23 novembre 2020 |

Face à la pandémie actuelle, les entreprises ont l’obligation de prévenir le risque d’exposition au virus. Une obligation qui peut les pousser à s’interroger sur les nouveaux dispositifs dits « anti covid-19 » proposés par certains fabricants. Vigilant, l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) met en garde contre ces innovations.


« Non seulement certaines innovations ne réduisent pas le risque de transmission du virus mais peuvent en engendrer de nouveaux ». Tels sont les termes mentionnés par l’Institut national de recherche et de sécurité (INRS) dans un communiqué de presse, en date du 19 novembre dernier. L’organisme de référence dans les domaines de la santé au travail et dans les préventions des risques professionnels met clairement en garde les entreprises contre les nouveaux dispositifs apparus récemment et vendus en qualité de dispositifs « anti covid-19 ».

 

Les revêtements biocides ne sont pas un moyen de lutte efficace

Quid des revêtements biocides proposés sous la forme de membranes, de films adhésifs ou encore de vernis à appliquer sur les surfaces ? Selon l’INRS, « au regard des incertitudes sur l'efficacité de ces revêtements à fonction biocide […] ces produits ne peuvent pas être préconisés comme moyen de lutte contre la transmission du virus ». En clair, ces revêtements ne se suffisent pas à eux-mêmes et doivent donc faire l’objet des opérations de nettoyage de surface classiquement préconisées. Inutile donc, voir même contreproductif.

 

Les purificateurs d’air fortement déconseillés

Seuls les purificateurs d’air équipés de filtres HEPA de classe minimale H13 (selon la norme EN 1822-1) peuvent diminuer la concentration de virus susceptibles d’être présents dans l’air. Dans tous les cas, ils ne peuvent se substituer aux apports d’air extérieur définis par le code du travail. L’INRS déconseille fortement de choisir des appareils utilisant un traitement physico-chimique de l’air (catalyse, photocatalyse, plasma, ozonation, charbons actifs…). Non seulement leur efficacité vis-à-vis des virus n’est pas prouvée mais suite à une dégradation de polluants parfois incomplète, ils peuvent impacter négativement la qualité de l’air intérieur.

 

Désinfection par UV et ozone gazeux : des procédés dangereux pour le personnel qui les manipulent

Les lampes dites « germicides », rayonnement UV-C sont largement utilisées en milieu hospitalier, dans les laboratoires mais aussi pour le traitement de l’air, de l’eau ainsi que dans l’industrie agro-alimentaire. Néanmoins, ces lampes couplées à certains produits de désinfection comme les produits chlorés peuvent provoquer des radiations sur les personnes qui les manipulent. Quant à l’utilisation de l’ozone gazeux en tant que biocide, l’INRS rappelle que l’ozone est un gaz irritant pour la peau et surtout les yeux et les muqueuses. Actuellement, les sociétés qui proposent le recours à des générateurs d’ozone pour la désinfection des locaux génèrent des concentrations en ozone jusqu’à plus de 100 fois supérieures à la VLEP journalière.

 

Au regard des risques encourus, l’INRS incite donc les entreprises à substituer ces deux procédés par d’autres dispositifs moins dangereux.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Inscription

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • Nouveaux espaces
    28 février 2019
    De nouveaux concepts d'espaces de travail s'imposent aujourd'hui dans le secteur tertiaire. Si les terminologies varient, les objectifs, eux, sont souvent similaires: répondre à un besoin grandissant de collaboration, de création et d'innovation dans les entreprises. Tour ...
  • Mobilité en entreprise
    1 septembre 2017
    En avril dernier, lors d’un club Développement durable, l’Arseg posait la question des enjeux et impacts des nouveaux modes de travail sur la mobilité durable. En effet, les modes de travail se transforment portés par des technologies de l’information ...
  • 6 février 2017
    En 6 ans, le nombre de tiers-lieux en France a été multiplié par 3 ! Preuve que la demande est forte et que les nouvelles organisations de travail se déploient. Désormais, les indépendants en recherche d’un environnement de travail agréable et les start-up en quête ...
  • 1 avril 2016
    Conscientes de l’impact que le projet d’aménagement peut avoir sur leur fonctionnement et leur performance, les entreprises le conçoivent désormais comme un véritable projet d’entreprise. Cela sous-entend qu’elles vont asseoir autour de la table ...
  • 1 mars 2016
    Le facility management est un secteur d’avenir porteur de centaines de milliers d’emplois en France. L’état des lieux chiffré du secteur du FM révèle qu’aujourd’hui, le marché global des activités de services aux entreprises représente, côté ...

Services et Produits