Profession

L’environnement de travail en 2020, entre efforts de gestion et capacité de rebond

Thibault Colin | 12 janvier 2021 |

Depuis 20 ans, les Buzzy Ratios se construisent comme indicateurs de référence de l’environnement de travail par l’analyse de divers postes de dépenses d’un budget type de DET, les explications macroéconomiques et les leviers d’optimisation. L’édition 2020 est particulière : elle marque la frontière dessinée par l’épidémie de Covid-19 entre l’ancien monde bien connu et le nouveau, qui se découvre peu à peu.


 Les chiffres sont connus et le constat est sans appel, le coût d’un poste de travail est en baisse continue depuis 10 ans avec un coût moyen (voyages et déplacements inclus) de 13 596 euros en 2020 (contre 17 163 euros en 2009) malgré des variations minimes selon les années qui ne contredisent pas la tendance de fond. Hors voyages et déplacements, la tendance se confirme avec un coût moyen de 11 116 euros en 2020 (contre 14 069 euros en 2009). Parallèlement à la baisse du coût d’un poste de travail, le coût du m² augmente depuis 10 ans avec un coût moyen (voyages et déplacement inclus) de 789 euros (contre 785 euros en 2009) malgré des variations annuelles principalement portées par l’évolution à la hausse des loyers, indexés sur l’inflation. Hors voyages et déplacements, le coût d’un poste de travail rapporté au m² coûte en moyenne 621 euros en 2020. La poussée des coûts liés au foncier des 10 dernières années qui rendent l’immobilier de plus en plus cher est principalement concentrée sur la hausse des taxes et des loyers. Si les taxes ont globalement baissé depuis 2009, avec une baisse moyenne de -34 % au m² grâce à la volatilité de la contribution économique territoriale, on observe des exceptions. La taxe foncière a augmenté de près de 30 %, alors que la taxe sur les bureaux en Île-de-France a plus que doublé depuis 2009 (+109 % par m²).

 

bra2.jpg

 

Une surface de poste de travail toujours plus réduite

Ces chiffres seuls sont muets mais pris ensemble, ils démontrent un véritable effort de gestion des DET avec une baisse décennale des coûts de 21 % alors que durant la même période, le reste des dépenses augmentait de 11 % en France, soit la hausse parallèle des loyers égale à l’inflation lissée sur ces années. Ces efforts de gestion se sont principalement caractérisés par une réduction majeure de la surface d’un poste de travail pour respecter les politiques de réduction des coûts. La concentration de plus de fonctions et services en un espace de plus en plus réduit augmente donc son coût au m². Les employeurs ont décidé d’assumer la densification en adaptant leurs salariés à la contrainte immobilière croissante. Cette adaptation, autant subie que choisie, constitue le choix de privilégier le dépenser moins sur le travailler mieux. Cela aboutit à la réduction de la surface d’un poste de travail, en apparence similaire à la baisse du coût moyen d’un poste de travail, avec une baisse de 23 % en 10 ans, passant de presque 25 m² en 2009 à 18 m² en 2020.

 

bra3.jpg

 

Une capacité de rebond attendue

Pourtant, au-delà de contraintes uniquement comptables, il faut voir dans cette réduction des coûts via la réduction de la surface du poste de travail, un processus de long terme, engagé bien avant la crise du Covid-19. Avec une évolution progressive du télétravail de plus de 5 points depuis 2018, l’organisation du travail s’est profondément transformée jusqu’à changer radicalement l’approche physique du bureau. Télétravail, espaces de coworking, flex office… Les solutions, déjà multiples, prennent de plus en plus d’ampleur dans un contexte où l’adaptabilité des salariés et des entreprises est un maître-mot. L’épidémie ne fait qu’accélérer des processus de transformation et d’optimisation des dépenses déjà actés. Les chiffres des Buzzy Ratios 2020, montrent la montée en puissance des espaces collaboratifs à destination professionnelle ou non dans les espaces de travail. Tout cela explique l’évolution des visions de l’entreprise et du travail qui deviennent de fait plus agiles. La capacité de rebond nécessaire des entreprises pour les faire entrer dans le nouveau monde post Covid-19 encore inconnu sera leur gage de survie dans un environnement où la rigidité est leur pire ennemi. Les différentes prévisions de croissance, qu’il s’agisse des services au bâtiment comme les consommations énergétiques ou les services de nettoyage seront profondément impactées par les nouvelles procédures et manières d’agir et d’interagir. Mais c’est surtout l’ensemble des moyens et équipements, comme les voyages et déplacements dont les prévisions en 2019 pour l’exercice 2020 étaient à 2 %, qui subiront les plus fortes variations. Il est déjà possible de transposer certains comportements pour minimiser les risques et réduire les pertes mais c’est dans ces dépenses accessoires à l’immobilier mais fonctionnelles dans le travail, que l’on verra les plus profonds changements. Au-delà du rebond, il faut que les entreprises impulsent à leurs salariés, dans des logiques managériales verticales, horizontales et à double-sens, les capacités de mutation nécessaires.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Inscription

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

Dossiers de la rédaction
  • Nouveaux espaces
    28 février 2019
    De nouveaux concepts d'espaces de travail s'imposent aujourd'hui dans le secteur tertiaire. Si les terminologies varient, les objectifs, eux, sont souvent similaires: répondre à un besoin grandissant de collaboration, de création et d'innovation dans les entreprises. Tour ...
  • Mobilité en entreprise
    1 septembre 2017
    En avril dernier, lors d’un club Développement durable, l’Arseg posait la question des enjeux et impacts des nouveaux modes de travail sur la mobilité durable. En effet, les modes de travail se transforment portés par des technologies de l’information ...
  • 6 février 2017
    En 6 ans, le nombre de tiers-lieux en France a été multiplié par 3 ! Preuve que la demande est forte et que les nouvelles organisations de travail se déploient. Désormais, les indépendants en recherche d’un environnement de travail agréable et les start-up en quête ...
  • 1 avril 2016
    Conscientes de l’impact que le projet d’aménagement peut avoir sur leur fonctionnement et leur performance, les entreprises le conçoivent désormais comme un véritable projet d’entreprise. Cela sous-entend qu’elles vont asseoir autour de la table ...
  • 1 mars 2016
    Le facility management est un secteur d’avenir porteur de centaines de milliers d’emplois en France. L’état des lieux chiffré du secteur du FM révèle qu’aujourd’hui, le marché global des activités de services aux entreprises représente, côté ...

Services et Produits