Immobilier et exploitation

PAROLE DE MARQUE

RGPD : plus qu’un dispositif, une opportunité business

Stéphanie Santerre | 14 novembre 2018 |

« Malgré les pénalités encourues pour défaut d’application, son approche ne doit pas être vécue comme une contrainte par les organisations » Marlène Cailleau, Information Governance Manager & DPO
Le RGPD, qui définit un cadre strict à la collecte, au traitement et à la gestion des données privées, place la sécurité des données au premier plan des préoccupations des entreprises. Celles-ci ont aujourd’hui beaucoup à gagner d’une remise à plat de leurs pratiques de gestion de l’information.

Cette année, aucune entreprise n’y a échappé. Entré en vigueur en mai dernier, le RGPD (Règlement général sur la protection des données) a encouragé la plupart à engager les efforts nécessaires à leur mise en conformité. Comme de nombreux secteurs d’activité soumis à l’application de normes rigoureuses, ce nouveau règlement s’est imposé aux sociétés dans un contexte global de normalisation, afin d’instaurer une meilleure sécurisation des données personnelles, et un niveau de qualité minimal requis. Encore opaque pour certaines dont la gestion des données n’est pas le coeur de métier, le texte semble toutefois avoir trouvé une bonne résonnance tout secteur et taille d’organisations confondus, à renfort de guides d’application notamment édités par la CNIL. Signal fort de sa mise en oeuvre : l’émergence croissante de DPO (Data Protection Officer) ces derniers mois, nommés en interne ou recrutés par les entreprises, lorsqu’elles ne sous-traitent pas la question à un cabinet d’avocats spécialisé. Pour Iron Mountain, société mondiale dédiée à la conservation, la protection et la gestion de l’information, cette tendance dénote une véritable prise de conscience. « Pour une fois, un texte met en avant que les données possèdent une vraie valeur dans le capital informationnel des entreprises, explique Marlène Cailleau, Information Governance Manager & DPO au sein du groupe. Malgré les pénalités encourues pour défaut d’application, son approche ne doit pas être vécue comme une contrainte par les organisations, mais comme l’opportunité de se remettre en question dans la gestion documentaire, à des fins d’une plus grande efficacité dans le traitement des données et d’une meilleure performance

globale ».

 

Un inventaire clarifié et intelligent

Réduction des coûts de conservation, accompagnement à la transformation digitale, gestion des risques, conservation/ destruction sécurisée des documents physiques, gestion des données archivées… pour Iron Mountain, la manipulation et la protection de données sensibles s’inscrit déjà de longue date dans son spectre d’activité. « Nous avons de fait une approche très pointue sur le sujet, souligne Marlène Cailleau. Si le RGPD n’a pas remis en cause notre méthodologie, nous avons toutefois élargi et adapté nos solutions pour pouvoir répondre aux démarches de conformité de nos clients, en permettant d’identifier plus facilement les données personnelles dans l’appareil documentaire. Via de nouvelles fonctionnalités de détection, par exemple, nos outils permettent désormais de ne plus importer de façon volontaire ces données, les soustrayant instantanément de l’inventaire informationnel. Nous avons également mis au point de nouvelles clés de recherche sous forme de codes d’attribution uniques, qui permettent de contourner, là encore, le recours aux données soumises à protection ».

 

Vers une transformation métiers

Spécialiste de l’archivage, Iron Mountain oppose aujourd’hui une vraie différence entre les pratiques de conservation d’hier, et la notion de conservation d’informations qu’induit aujourd’hui le RGPD. Dans ce nouvel environnement, stocker ad vitam aeternam la donnée ne trouve plus sa raison d’être, surtout lorsque l’on peut la valoriser autrement. « Choisir de conserver l’information plutôt que de l’accumuler offre aux entreprises l’opportunité d’élaborer de nouvelles stratégies afin de maîtriser de façon plus intelligente les données. In fine, le RGPD n’est ni plus ni moins que la mise en place de très bonnes pratiques d’identification, de sécurisation et de confidentialité des données ». Si la valorisation du capital informationnel constitue un atout de taille, les entreprises peuvent également voir dans l’instauration de ces bonnes pratiques l’occasion d’améliorer les process de travail, et d’accroître la responsabilisation de ses ressources. « Dans la cadre d’un fonctionnement traditionnel d’un service d’archive, le document est transmis tel quel à l’inventaire avant d’être externalisé, ajoute Marlène Cailleau. Depuis que de nouveaux besoins ont été identifiés, nécessitant des clefs de recherche spécifiques notamment sur les données personnelles, nous sommes face à de nouvelles procédures sur la conduite du changement menée auprès des personnes à l’initiation du document, ce qui accroît leur niveau de responsabilité ». Pour garantir l’adhésion à ce changement de paradigme, managers SI, DPO, RH… sont aujourd’hui embarqués dans la conformité. « Une vraie nouveauté, constate Marlène Cailleau, car cela s’opérait avant à la fin du processus. Avec le RGPD, si l’on veut être efficace, il faut vraiment remonter au processus d’origine de la production informationnelle, à travers une action plus collective ». Des actions qui requièrent en somme une vision préventive, non plus corrective. Le RGPD, par les mutations organisationnelles qu’il incite au sein des entreprises, s’avère être ainsi une ligne de conduite impactant tous les corps d’activité. Sans omettre de rassurer l’environnement consommateur/ client, désormais attentif à sa bonne marche. Le suivi du dispositif peut en effet constituer un argument commercial fort, par le climat de confiance qu’il génère.

 

60%


des entreprises interrogées saisissent le RGPD comme une opportunité d’améliorer la confidentialité, la sécurité, la gestion des données ou de catalyser de nouveaux modèles économiques (Etude IBM 2018) 


78%

 

des Français disent se soucier de la collecte et de l’usage de leurs données personnelles, 24 % ayant déjà entendu parler du RGPD (Etude Ifop/ SendinBlue)



 

 Téléchargez cet article au format pdf

Iron mountain, en bref…

230 000

clients dans le monde


1 400

sites à travers plus de 50 pays


4

principales pôles de service

pour relever les défis à

l’ère numérique :

 

✓ 1 Conservation de l’information

physique et des données

électroniques

✓ 2 Gouvernance de l’information

✓ 3 Solutions digitales

✓ 4 Destruction sécurisée




La gouvernance de l’information, fer de lance d’Iron Mountain

La Gouvernance de l’information, pan majeur de l’activité d’Iron Mountain, aide l’entreprise à garantir la conformité aux réglementations en constante évolution dans son secteur, réduire le risque de perte de documents ou d’informations, optimiser la valeur des informations pour s’aligner aux besoins de l’entreprise, augmenter son contrôle sur l’accès à l’information, permettre la gouvernance de l’information.




Qui sommes-nous ?

Iron Mountain Incorporated est une société mondiale dédiée à la conservation, la protection et la gestion de l’information. Ses domaines d’intervention vont de la gouvernance de l’information à la transformation digitale en passant par la conservation et la destruction sécurisée des documents et des équipements et supports informatiques. Secteurs d’activité : Énergie, Santé/Pharmaceutique, Audiovisuel, Assurance, Juridique, Vente au détail/Services, PME, Banque/Finance, Industrie, Solutions liées au secteur public. Le groupe compte plus de 7 000 clients en France, tout comme la quasi-totalité des sociétés figurant au palmarès FORTUNE 1000.



PARTAGER

imprimer partager par mail

Inscription

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Conférence

    Transformation des espaces de travail : entre opportunités et nouveaux risques

    L’équipe Workplace Magazine vous invite le mardi 25 juin à 9h à Spaces Les Halles, Paris, afin d’échanger lors d’une conférence sur la thématique de la transformation des espaces de travail. L'occasion d'aborder les opportunités liées à ces ...

    15 mai 2019

  • Stratégie

    Flex office : attention danger ?

    Le flex office a le vent en poupe. Bien plus qu’une simple mode d’organisation, il semble devoir s’inscrire durablement dans les choix d’agencement des espaces de travail. La généralisation des postes non attribués n’est pourtant pas sans risques. ...

    1 mai 2019

  • Interview

    « Il est rassurant d’avoir des points de repères, l’espace en est un »

    Docteur en neurosciences, Gaëtan de Lavilléon est cofondateur et directeur de Cog’X, une agence de conseil et d’études en sciences cognitives. Il analyse comment l’environnement de travail, physique et numérique, peut affecter le cerveau de ceux ...

    1 mai 2019

Dossiers de la rédaction
  • Nouveaux espaces
    28 février 2019
    De nouveaux concepts d'espaces de travail s'imposent aujourd'hui dans le secteur tertiaire. Si les terminologies varient, les objectifs, eux, sont souvent similaires: répondre à un besoin grandissant de collaboration, de création et d'innovation dans les entreprises. Tour ...
  • Immobilier inclusif
    5 novembre 2018
    Constitutif de la ville, le bâtiment de bureaux tend aujourd'hui à interagir avec son territoire. Une ouverture largement impulsée par les collectivités mais également par les nouveaux modes de travail. Le digital accompagne cette tendance qui devrait gagner du terrain dans ...
  • Aménagement
    10 septembre 2018
    L'aménagement des espaces de bureaux a connu une grande métamorphose ces dernières décennies. Zoom sur 10 tendances repérées par la rédaction au fil des reportages, visites de bureaux et portfolios...
  • Mobilité en entreprise
    1 septembre 2017
    En avril dernier, lors d’un club Développement durable, l’Arseg posait la question des enjeux et impacts des nouveaux modes de travail sur la mobilité durable. En effet, les modes de travail se transforment portés par des technologies de l’information ...
  • 6 février 2017
    En 6 ans, le nombre de tiers-lieux en France a été multiplié par 3 ! Preuve que la demande est forte et que les nouvelles organisations de travail se déploient. Désormais, les indépendants en recherche d’un environnement de travail agréable et les start-up en quête ...

Services et Produits