Immobilier et exploitation

Réglementation

Publication du décret tertiaire :
ce qui va changer

La rédac | 10 mai 2017 |

© Foncière des Régions
Le décret relatif aux obligations d’amélioration de la performance énergétique dans les bâtiments existants à usage tertiaire a été publié au Journal Officiel le 10 mai 2017. Il entrera en vigueur dès le 11 mai, après plus de six ans d’attente.

Ce décret définit le niveau d’économie d’énergie à atteindre d’ici 2020 pour les bâtiments à usage tertiaire : des travaux d’amélioration de la performance énergétique devront diminuer de 25 % la consommation énergétique de ces bâtiments. Dans le cas où des travaux auraient déjà été menés après le 1er janvier 2006, la consommation énergétique de ces bâtiments devra être inférieure de 25 % au niveau de consommation d’énergie avant travaux, ou conforme à un seuil exprimé en énergie primaire défini dans un arrêté à venir.

Cette obligation s’applique « aux bâtiments ou parties de bâtiments existants appartenant à un propriétaire unique, à usage de bureaux, d’hôtels, de commerces, d’enseignement et les bâtiments administratifs, regroupant des locaux d’une surface supérieure ou égale à 2 000 m² de surface utile ». Deux exceptions sont à noter : les constructions provisoires dont la durée d’utilisation prévue est de moins de deux ans, et les monuments historiques classés pour qui les travaux « auraient pour effet de dénaturer leur caractère ou leur apparence de manière significative ».

 

Quelles modalités de mise en œuvre ?

Le décret prévoit que des actions de sensibilisation devront être menées par les occupants des bâtiments tertiaires auprès de leur personnel. Elles auront pour objectif de les inciter à utiliser les équipements liés à leur confort et à leur activité de manière à en diminuer les consommations énergétiques. Pour chaque bâtiment à usage tertiaire, une étude énergétique portant sur tous les postes de consommations d’énergie devra être menée par un prestataire. Celui-ci devra proposer des « travaux d’économie d’énergie et des recommandations hiérarchisées selon leur temps de retour sur investissement », et préconiser des « combinaisons d’actions cohérentes pour répondre aux objectifs de diminution des consommations énergétiques (…), en indiquant pour chacune [d’entre elles] la diminution des consommations énergétiques engendrée, son coût estimatif ainsi que son temps de retour sur investissement ».

Enfin, ce prestataire devra proposer « un ou plusieurs scénarios permettant de diminuer, d’ici 2030, la consommation énergétique totale du bâtiment » de 40 %. Dans le cas où des travaux auraient déjà été menés après le 1er janvier 2006, cette diminution de 40 % se fera par rapport au niveau d’avant travaux.

Sur la base de cette étude, les propriétaires occupants, bailleurs et/ou preneurs devront définir et mettre en œuvre « un plan d’actions cohérentes permettant d’atteindre les objectifs de réduction des consommations énergétiques » (-25 % d’ici 2020). Ces actions prendront en compte les contraintes techniques exceptionnelles du bâtiment et les exigences de l’accessibilité aux personnes handicapées ou à mobilité réduite.

Le décret prend en compte le temps de retour sur investissement et le coût estimatif total des travaux : si le temps de retour sur investissement est supérieur à 10 ans pour les collectivités territoriales et l’Etat, et supérieur à 5 ans pour les autres acteurs, ou si le coût estimatif total est supérieur à 200 € HT/m² de surface utile, les parties concernées peuvent définir un nouveau plan d’action et un nouvel objectif de diminution des consommations énergétiques. En se basant sur la même étude, ce nouveau plan doit inclure « a minima les actions proposées par l’étude présentant un temps de retour sur investissement » inférieur à 5/10 ans et un « coût estimatif total » inférieur à 200 € HT/m².

 

Suivi de l’atteinte des objectifs

Les propriétaires occupants, bailleurs et/ou preneurs devront transmettre plusieurs documents à un organisme désigné par le ministre en charge de la construction (le ministère annoncera avant le 1er juillet 2017 son choix de l’organisme sélectionné par arrêté) :

- avant le 1er juillet 2017 : les rapports d’études énergétiques et les plans d’actions définis pour atteindre les objectifs de réduction de la consommation d’énergie ;

- avant le 1er juillet de chaque année à partir de 2018 : les consommations énergétiques de l’année civile précédente ;

- avant le 1er juillet 2020 : un bilan complet sur les travaux menés et les économies d’énergie réalisées.

Tous ces éléments devront être conservés au moins 10 ans par les propriétaires occupants/bailleurs/preneurs.

Si les objectifs d’économies d’énergie ne sont pas atteints, les propriétaires occupants, bailleurs et/ou preneurs devront tenir à disposition de l’organisme tous les justificatifs qui expliquent la non-atteinte de ces objectifs, malgré les travaux et actions entrepris. Cependant, il n’est pas prévu que cet organisme agréé administre des sanctions.

 

Pour aider à s'y retrouver, CBRE a publié une infographie qui résume les actions à mettre en place si vous êtes concernés par la réglementation :

 

Infographie CBRE - Décret Batiments Tertiaires

 

Cas particuliers

Le décret prévoit plusieurs cas particuliers :

- Il est possible pour les propriétaires d’un ensemble de bâtiments de remplir globalement ses obligations sur l’ensemble de son patrimoine ;

- En cas de changement de propriétaire ou de preneur, l’ancien propriétaire ou preneur doit fournir au nouveau les documents justificatifs cités précédemment. Si l’usage du bâtiment s’en trouve modifiée, l’étude énergétique et le plan d’actions doivent être modifiés pour s’adapter à la nouvelle situation.

Un arrêté est attendu prochainement pour préciser les modalités techniques de l’obligation.

 

Source : Plan Bâtiment Durable



PARTAGER

imprimer partager par mail

Inscription

Newsletter

2 fois par mois, recevez toute l’info de votre secteur : actualités, nouveaux services et produits, événements…

Je m'inscris

Archives

  • Avis d'expert

    Les possibilités de la lumière connectée

    Elément présent dans tout bureau, l’éclairage devient connecté, permettant de collecter de nombreuses données pouvant s’avérer très utiles dans la vie et la gestion d’un bâtiment... Explications avec François Darsy, de Philips Lighting France.

    1 septembre 2017

  • Déplacements

    Repenser la mobilité en entreprise

    L’émergence des nouveaux modes de travail n’est pas un phénomène affectant uniquement les taux d’occupation des bureaux : elle induit également une évolution des pratiques en matière de mobilité. Retour sur les enjeux de la mobilité pour les ...

    1 septembre 2017

  • Montée en gamme

    Le coffee shop jusque dans vos bureaux

    Influencé par les nouveaux modes de consommation grand public, le tertiaire cherche à redonner du sens à la pause-café en améliorant la qualité de l’offre de boissons et en pensant différemment l’aménagement de cet espace. L’objectif est double ...

    6 juillet 2017

Dossiers de la rédaction
  • Mobilité en entreprise
    1 septembre 2017
    En avril dernier, lors d’un club Développement durable, l’Arseg posait la question des enjeux et impacts des nouveaux modes de travail sur la mobilité durable. En effet, les modes de travail se transforment portés par des technologies de l’information ...
  • 6 février 2017
    En 6 ans, le nombre de tiers-lieux en France a été multiplié par 3 ! Preuve que la demande est forte et que les nouvelles organisations de travail se déploient. Désormais, les indépendants en recherche d’un environnement de travail agréable et les start-up en quête ...
  • 1 avril 2016
    Conscientes de l’impact que le projet d’aménagement peut avoir sur leur fonctionnement et leur performance, les entreprises le conçoivent désormais comme un véritable projet d’entreprise. Cela sous-entend qu’elles vont asseoir autour de la table ...
  • 1 mars 2016
    Le facility management est un secteur d’avenir porteur de centaines de milliers d’emplois en France. L’état des lieux chiffré du secteur du FM révèle qu’aujourd’hui, le marché global des activités de services aux entreprises représente, côté ...
  • 1 janvier 2016

Services et Produits

Évènements

Tous les évènements

Sélections thématiques